Pourquoi les données sont-elles cruciales en agriculture régénératrice ?

Illustration article Agriculture Régénératrice
📌 ☑️ Découvrez dans ce dossier spécial comment les données impactent l'agriculture régénératrice et permettent aux filières agricoles de prendre les bonnes décisions pour restaurer les écosystèmes

Dossier spécial Agriculture Régénératrice

L’agriculture régénératrice est l’une des solutions pour faire face aux défis liés à la sécurité alimentaire, au changement climatique et à la perte de biodiversité. Cette approche nouvellement médiatisée promet de restaurer les écosystèmes tout en maintenant des rendements agricoles viables.

A première vue, la promesse est belle ! Cependant, pour que cette transition vers une agriculture plus durable soit efficace et se démocratise, l’agriculture régénératrice doit s’appuyer sur des données solides.

En tant que conseiller agronome, coopérative, agro-industriel, formateur ou porteur de projet, vous jouez un rôle central dans cette transition agricole. Vous êtes en première ligne pour insuffler une nouvelle vision et guider les agriculteurs dans leur changement de pratiques.
Mais pour mettre en place un projet d’agriculture régénératrice, vous allez devoir vous appuyer sur des indicateurs de mesure efficaces et pertinents.

Comment les données peuvent-elles améliorer les pratiques agricoles ? Comment fonctionnent les plateformes de diagnostic carbone et quels bénéfices peuvent-elles apporter à vos clients agriculteurs ?

On vous dit tout dans l’article qui suit !

SOMMAIRE

Les principes de l'agriculture régénératrice

D’après Sébastien Roumégous CEO de Biosphères, “l‘agriculture régénératrice, c’est l’art d’aligner les pratiques agricoles avec le fonctionnement des écosystèmes.”


Mais concrètement, qu’est-ce que c’est ?

L'agriculture régénératrice, qu'est-ce que c'est ?

Agriculture régénératrice , Agroécologie, RegenAg… Ces termes à la mode sont utilisés à toutes les sauces ! Pour clarifier les choses, voici notre définition :

Que l’on parle d’agriculture de régénération, d’agriculture régénératrice ou d’agriculture de revitalisation des sols, l’approche est la même ! Ce qu’il faut surtout retenir, c’est qu’il s’agit d’une méthode durable qui se concentre sur la restauration et la régénération des écosystèmes agricoles pour améliorer la santé des sols, restaurer la biodiversité et in fine réduire l’empreinte de l’agriculture sur l’environnement.

En gros, ce sont toutes les techniques agricoles qui visent à maintenir un sol vivant, donc fertile (en favorisant la présence de micro-organismes, d’insectes, de vers de terre associés avec le taux de matière organique, la structure du sol et l’érosion), à préserver et restaurer la biodiversité (insectes, oiseaux, petits animaux), et surtout ce sont des techniques plus respectueuses de l’environnement et plus durables qui s’appuient sur 5 grands principes.

Les 5 grands principes de l’agriculture régénératrice :

En agriculture, la vitalité du sol est essentielle pour stimuler la croissance des plantes. Découvrez ci-dessous cinq techniques qui favorisent la régénération des sols.

1. Pratiquer la couverture permanente du sol :

Pour protéger le sol contre l’érosion, favoriser la rétention d’eau et améliorer la biodiversité, l’efficacité d’une couverture végétale permanente n’est plus à démontrer !

Plutôt que de laisser le sol nu entre deux cultures principales, implanter des cultures intermédiaires comme les couverts végétaux contribuent à maintenir le sol.

De plus, certaines cultures comme les légumineuses fixent l’azote atmosphérique dans le sol et réduisent le besoin d’engrais azotés.

2. Ne pas travailler le sol de façon trop intensive :

Le travail intensif du sol perturbe sa structure et entraîne une perte de matière organique. A terme, la terre s’appauvrit en perdant ses éléments nutritifs.

Pour éviter cela, il est important de réduire au minimum le labour et de pratiquer le semis direct quand cela est possible.

3. Pratiquer la rotation des cultures :

Le principe de rotation des cultures consiste à cultiver successivement différentes espèces végétales sur une même parcelle en suivant un ordre planifié. Généralement, on alterne des cultures différentes comme les légumineuses, les céréales, les oléagineux ou les fourrages.

Varier les cultures permet de diversifier le système racinaire des plantes. Cela améliore la structure du sol en favorisant l’aération, le drainage et la formation d’agrégats du sol.

4. Restaurer les haies :

Réintégrer des arbres, des arbustes et des haies dans les systèmes agricoles à de multiples avantages :

  • Apporter de l’ombre et de la fraîcheur lors de fortes chaleurs,
  • Favoriser la biodiversité,
  • Etre un rempart face aux ravageurs en servant de refuge aux prédateurs naturels,
  • Réguler le cycle de l’eau en absorbant l’excès d’eau pendant les périodes de pluie et en la libérant pendant les périodes de sécheresse
  • Devenir une barrière naturelle contre l’érosion du sol en maintenant sa structure
5. Utiliser les engrais naturels :

Au lieu de compter exclusivement sur les engrais minéraux, il est préférable d’utiliser, autant que possible, des fertilisants organiques naturels comme le compost, le fumier ou les engrais verts (cultures spécifiques destinées à enrichir le sol) comme le Trèfle, le Sorgho, la Moutarde, la Phacélie… pour enrichir le sol de manière durable.

Agriculture régénératrice : Quels sont les avantages économiques et agroécologiques ?

Nous venons de le voir, du point de vue agro-environnemental, pratiquer l’agriculture régénératrice permet de :

Restaurer la santé des sols

La combinaison de différentes pratiques vertueuses améliore visiblement la santé, la fertilité et la biodiversité des sols, rendant la terre plus productive sur le long terme.

Séquestrer le carbone

L’agriculture régénératrice favorise la séquestration du carbone dans le sol et contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre. La plantation d’arbres & la restauration des haies, la rotation des cultures, et la couverture végétale permanente stockent davantage de carbone dans le sol. 

Améliorer la biodiversité

Les pratiques agricoles plus diversifiées et respectueuses de l’environnement favorisent la biodiversité. Des sols fertiles contiennent une plus grande variété d’organismes (bactéries, champignons, insectes, vers de terre, petits mammifères…) et renforcent la résilience des écosystèmes agricoles. 

S’armer pour faire face aux changements climatiques

Un écosystème du sol sain et fertile permet de mieux faire face aux pics de chaleurs (évapotranspiration ? maintien de la fraîcheur du sol cf Serge Zaka), favorise une meilleure absorption des eaux de pluie et évite le ruissellement.

Mais qu’en est-il du point de vue économique ?

S’engager dans l’agriculture régénératrice est certes bénéfique pour l’environnement, mais est-ce rentable du point de vue économique pour l’agriculteur qui se lance dans cette démarche ?

La réponse est oui, à long terme ! Les effets seront progressivement visibles au fil du temps.

Il est vrai que recourir aux intrants chimiques est, à première vue, plus simple avec des résultats presque immédiats. Cependant, sur le long terme, c’est “une balle qu’on se tire dans la botte”! L’appauvrissement du sol poussera les agriculteurs à utiliser davantage d’intrants chimiques. On entre alors dans un vrai cercle vicieux !

Point de vue d’expert

« Un sol qui fonctionne mieux, c’est un capital qui fonctionne mieux et qui permet d’économiser des intrants demain.

Au bout de 5, 6 ans, on arrive à faire 30% d’économies d’engrais sur certains itinéraires techniques, de l’économie d’eau et de l’économie de charges de travail. »

 

   

    Sébastien Roumégous CEO  de Biosphères                                                     

 

En revanche, si les agriculteurs  modifient leurs pratiques dès aujourd’hui, les résultats ne seront pas forcément visibles dans l’immédiat, mais ils seront gagnants à long terme. Ils profiteront d’un sol fertile qui fournira des rendements plus stables et durables au fil du temps.

Pour assurer la pérennité des exploitations sur le long terme et leur transmission aux générations futures, il est impératif de protéger la biodiversité et l’environnement. Cela nécessite une transition vers un modèle agricole plus durable, tel que l’agriculture régénératrice.

Alors convaincu par la démarche ? Êtes-vous prêt à accompagner vos agriculteurs dans leur changement de pratiques ?

Avant de vous lancer, avez-vous dressé un état des lieux “carbone” de votre portefeuille d’exploitations ? Pour déployer une stratégie efficace, vous allez devoir vous appuyer sur des données chiffrées et des indicateurs de performance.

Ça tombe bien, on en parle juste après !

Vous souhaitez en savoir plus et échanger avec nos experts ?

Les données : une source d'information essentielle en agriculture régénératrice

Les données sont partout !

La mise en œuvre de projets visant à réduire l’empreinte carbone des exploitations agricoles nécessite de s’appuyer sur des données chiffrées. Leur valorisation est fondamentale et pour cela, il existe des outils qui exploitent différentes sources d’informations.

Mais d’où viennent-elles ces données ? Comment sont-elles générées ?

C’est que nous allons découvrir tout de suite.

Comment les données sont-elles générées et exploitées ?

article agriculture regeneratrice exploitation des donnees

Les données utilisées par les plateformes de projet bas-carbone sont générées à partir de différentes sources :

Données issues des pratiques agricoles :

Dans la majorité des cas, ce sont les conseillers ou les agriculteurs qui fournissent des informations sur les pratiques agricoles : Ils renseignent les différentes cultures présentes sur leurs exploitations, les méthodes de gestion des sols (labours, travail du sol simplifié, semis direct …), les opérations réalisées sur leurs parcelles (apports d’engrais, semis, récolte …), et les techniques de gestion de l’eau (L’exploitation est-elle équipée d’un système d’irrigation ou s’appuie-t-elle sur des capteurs ?).

Toutes ces informations sont généralement collectées via des questionnaires, des entretiens ou des enquêtes menées sur le terrain.

Données météorologiques :

Les données météorologiques sont importantes pour évaluer l’impact des conditions climatiques sur les émissions de gaz à effet de serre et les processus biogéochimiques* dans les sols. Ces données sont généralement collectées à partir de stations météorologiques locales ou de services météorologiques nationaux (exemple Météo France).

(*processus grâce auxquels un élément passe d’un milieu à un autre, puis retourne dans son milieu original, en suivant une boucle de recyclage infinie. C’est le cas par exemple du cycle de l’azote, du carbone ou du phosphore).

Données sur les émissions de gaz à effet de serre :

Les émissions GES sont calculées à partir des pratiques réalisées par l’agriculteur sur son exploitation. Le recueil sur un logiciel MRV (Monitoring Reporting Verification) des pratiques réalisées par l’agriculteur dans ses parcelles peut se faire de différentes manières :

  • Via des logiciels de gestion parcellaires où l’agriculteur renseigne ses informations de traçabilité
  • Via les machines agricoles : certains équipements sont capables d’enregistrer les opérations réalisées dans les parcelles et les quantités utilisées de différents intrants
  • Via des satellites : des modèles existent permettant de détecter des opérations de travail du sol comme le labour
Données sur les rendements agricoles :

Le principe de rotation des cultures consiste à cultiver successivement différentes espèces végétales sur une même parcelle en suivant un ordre planifié. Généralement, on alterne des cultures différentes comme les légumineuses, les céréales, les oléagineux ou les fourrages.

Varier les cultures permet de diversifier le système racinaire des plantes. Cela améliore la structure du sol en favorisant l’aération, le drainage et la formation d’agrégats du sol.

Données sur les caractéristiques des sols :

La texture, la teneur en matière organique et le pH, peuvent avoir un impact sur les émissions de GES et la séquestration du carbone. Ces informations sont obtenues à partir d’analyses de sol réalisées en laboratoire ou sur le terrain.

Une fois collectées, ces données sont stockées et analysées par des plateformes spécialisées pour évaluer l’empreinte carbone d’une exploitation agricole et identifier les opportunités d’amélioration.

En bref, il existe deux manières de collecter les données : les données déclaratives et les données numériques. Les données déclaratives, bien qu’utiles, peuvent être sujettes à caution en raison de leur fiabilité discutable.

En revanche, les données numériques sont généralement considérées comme plus fiables et vérifiables (exemple des données provenant des satellites pour déterminer le type de culture ou le taux de couverture des sols, les données issues des matériels agricoles pour mesurer la quantité d’intrants utilisés, les rendements, la date et la durée d’intervention, la quantité de carburant…)

Les données numériques sont objectives, fiables et irréfutables. Elles sont donc à privilégier lors de vos projets en agriculture régénératrice.

L’utilisation des données pour prendre les bonnes décisions

L’analyse des données est une mine d’or pour établir le profil type des exploitations agricoles, évaluer leur niveau d’émissions de Gaz à Effet de Serres (GES) et identifier les pistes d’amélioration.

En tant qu’intervenant auprès des agriculteurs, ces informations vous permettront de :
Réduire l’empreinte carbone de vos agriculteurs en recueillant des données sur leurs pratiques agricoles.

Aider les agriculteurs à se comparer par rapport aux pratiques moyennes sur un territoire. Le bilan carbone est relativement nouveau et les agriculteurs ne connaissent pas leur impact (positif ou négatif) de leurs pratiques.

Identifier les opportunités d’amélioration à travers des recommandations comme la mise en place de couverts végétaux, l’installation d’un système d’irrigation ou des alternatives à l’utilisation d’intrants chimiques.

Suivre les progrès de vos agriculteurs et adapter votre accompagnement en fonction des résultats obtenus.

Ouvrir de nouvelles perspectives : Pour les agriculteurs souhaitant valoriser leurs efforts pour réduire leur empreinte carbone, certaines plateformes de diagnostic carbone offrent des certifications ou des labels qui reconnaissent les pratiques durables. C’est le cas de MyEasyCarbon qui est certifiée conforme au Label Bas Carbone Grandes Cultures par Bureau Véritas.

Ces certifications peuvent ouvrir à des opportunités de commercialisation pour les produits agricoles labellisés « carbone neutre » ou « à faible empreinte carbone ».

Agriculture régénératrice et projets bas carbone, quels sont les outils disponibles ?

Vous êtes une coopérative, un négoce ou un organisme agricole, un porteur de projets ou un conseiller et vous envisagez d’accompagner la mise en place de mesures “bas-carbone” auprès de vos agriculteurs. Il est important de vous appuyer sur des outils fiables pour activer les leviers. adaptés au profil de chaque exploitation.

Pour réaliser un diagnostic de l’existant et obtenir des recommandations, faites appel aux plateformes de diagnostic carbone. Elles s’occupent de tout !

Ces plateformes collectent des données à partir des différentes sources (que nous avons vu précédemment) qui sont ensuite analysées à l’aide d’algorithmes et de modèles pour calculer l’empreinte carbone globale. Elles permettent d’identifier les domaines où des améliorations peuvent être apportées.

Vous pourrez ensuite vous appuyer sur ces informations pour orienter vos agriculteurs dans la mise en œuvre de pratiques agricoles plus durables et réduire leur empreinte carbone.

MyEasyCarbon, la plateforme spécialement dédiée à l’agriculture régénératrice accompagne tous les acteurs des filières agricoles dans les projets Bas Carbone de leurs agriculteurs


L’utilisation de la plateforme « MyEasyCarbon » simplifie considérablement la mise en œuvre de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement.


En fonction de votre secteur d’activité (porteur de projet, coopérative, formateur, conseiller, grand compte), vous aurez accès à des solutions spécifiques pour vous accompagner dans vos initiatives « Bas carbone ».

Pour cela, il existe 4 modules :

1. Le diagnostic carbone simplifié

À partir des données de l’exploitation, l’outil établit un bilan carbone en moins de 15 minutes !

Cet outil clé en main est au service des chambres d’agricultures, des coopératives, des négoces et des filières pour sensibiliser les agriculteurs.

Avantages pour vous ?

  1. Vous avez des indicateurs pour sensibiliser vos agriculteurs
  2. Vous identifiez les exploitations à potentiel pour des projets bas-carbone
  3. Vous affinez la connaissance des pratiques culturales à grande échelle

💡Question à François Thierart CEO MyEasyFarm

Qu’est-ce qui fait la force de la Plateforme MyEasyCarbon ?

La grosse différence entre MyEasyCarbon et les autres solutions du marché est que nous utilisons des données déclaratives des agriculteurs. Ils saisissent un minimum d’informations dans la plateforme et nous utilisons un maximum de données numériques pour prouver que ces informations sont réelles.

Pour cela, nous avons recours aux données satellites qui prouvent que les informations sont fiables et vérifiables. Par exemple, pour mesurer le taux de couverture du sol, nous utilisons une vision à très haut niveau, grâce au satellite Sentinel qui nous permet de voir au pixel prêt (soit 10m par 10m).

Mais même avec ce degré de précision, vous ne voyez pas tout ce qui se passe dans une parcelle. Pour pallier à cela, nous combinons ces informations satellites avec les données des matériels agricoles. De cette manière, on sait précisément combien de temps l’engin a passé dans une parcelle, combien il a consommé de carburant, combien l’épandeur d’engrais a enregistré de quantité d’engrais…

Tous ces matériels sont des capteurs capables d’enregistrer ces informations au plus près de ce qui se passe dans une parcelle.

Et nous, nous sommes capables de valoriser toutes les données qui remontent de ces matériels. Nous pouvons donc suivre les changements de pratique au niveau de l’itinéraire technique et suivre les changements de pratique de l’agriculture.

2. MyEasyCarbon : certifié conforme pour les projets Bas Carbone

Allez plus loin en réalisant un diagnostic certifié conforme à la méthode Label Bas Carbone Grandes Cultures du Bureau Véritas pour accompagner les agriculteurs et conseillers agricoles sur leurs projets Bas Carbone en France et à l’étranger.

L’agriculteur choisit le plan d’actions avec les pratiques culturales associées et il peut suivre son évolution. L’outil permet de comparer l’objectif prévu et les pratiques réelles tout au long du projet.

La solution MyEasyCarbon est interopérable avec les labels internationaux.

3. Le module “Advisor” pour suivre plusieurs exploitations

Augmentez les capacités de MyEasyCarbon avec l’intégration du module “Advisor”.


Cette solution s’adresse aux conseillers agricoles, aux porteurs de projet, aux agro-industriels et aux acheteurs de crédit carbone pour gagner du temps dans le suivi de leurs exploitations agricoles.

4. Le module “Project manager”

Directement intégré dans MyEasyCarbon, « Project Manager » est le module qui facilite la gestion de tous vos projets (projets filières, Label Bas Carbone, diagnostic simplifié…), en vous offrant une visualisation et une analyse des exploitations concernées.

Véritable tableau de bord pour un porteur de projet (coopératives, négoces, Chambres d’Agriculture…), le module “Project Manager” regroupe toutes les informations nécessaires au pilotage d’un projet selon ses spécificités.

Vous souhaitez en savoir plus et échanger avec nos experts ?

MyEasyCarbon au carrefour des filières agricoles ?

MyEasyCarbon se démarque par son utilisation des données déclaratives des agriculteurs, associées à des données numériques satellitaires et des informations provenant des équipements agricoles. Cette approche garantit la fiabilité des données.

L’outil suit précisément les pratiques agricoles et les changements d’itinéraire technique. Voyons maintenant quels sont les retours d’expérience des utilisateurs ?

Cas concrets de l'utilisation de la plateforme MyEasyCarbon

Le cas Biosphères : conseil auprès des agriculteurs

Biosphères est une structure de conseil auprès des agriculteurs. Elle fait le pont entre le monde agricole et les entreprises pour accompagner la mise en place d’agriculture régénératrice.

L’enjeu pour Biosphères : s’appuyer sur des critères pour pouvoir mesurer au niveau environnemental, le nouvel itinéraire technique déployé auprès des agriculteurs.

Lorsque les formateurs Biosphères mettent en place un itinéraire technique, leur objectif est qu’il soit économiquement viable et socialement intéressant. Cela signifie qu’il ne doit pas demander plus de temps de travail, qu’il doit générer davantage de marge et qu’il ne doit pas engendrer de coûts supplémentaires.

C’est pourquoi il est essentiel pour eux de disposer de critères et de données permettant de mesurer les actions mises en œuvre.

La solution apportée par MyEasyCarbon

“Les projets comportent souvent un accompagnement terrain couplé à une dynamique filière où l’industriel va payer un peu plus les produits issus d’agriculture régénératrice. Il nous faut mesurer et nous assurer que c’est bien de l’agriculture régénératrice, d’où l’importance des indicateurs fournis par MyEasyCarbon”.

 

   

    Sébastien Roumégous CEO  de Biosphères                                                     

Le cas Cristal Union : coopérative agro-industrielle betteravière

Cristal Union est une coopérative comprenant une dizaine de sites industriels en France (sucreries et distilleries) qui travaille avec des acteurs de l’agroalimentaire (industrie, pharmacie, cosmétique, alimentation animale, producteur d’énergie).

Les enjeux de Cristal Union : Décarboner sa propre filière de transformation de la betterave en sucre et alcool (scope 1 et 2) mais aussi engager et accompagner ses agriculteurs vers une agriculture de régénération (scope 3)

Côté agriculteurs, Cristal Union incite et encourage ses agriculteurs dans la mise en place de pratiques Bas Carbone par un système de prime qui leur sont directement reversées.
Côté clients, les entreprises qui achètent les produits Cristal Union peuvent afficher clairement l’engagement pris par la coopérative.

Pour ce type de projet, les indicateurs sont extrêmement importants.

La solution apportée par MyEasyCarbon

“Au démarrage, à travers le diagnostic simplifié, nous avions besoin d’une estimation de la mesure. Désormais, le projet est plus global et nécessite de mieux évaluer les émissions de GES de nos agriculteurs. La partie émission de gaz à effet de serre qui va porter sur l’ensemble de nos agriculteurs va nécessiter la collecte d’un volume de données très important.

En passant d’une logique ACV (Analyse du Cycle de Vie) d’une culture, à la logique de la rotation, il nous faut prendre en compte les effets de l’agriculture de régénération. C’est pour cela que nous avons besoin de nous appuyer sur MyEasyFarm”.

     

 

    Julien Coignac – coordinateur RSE chez Cristal Union

Le cas CarbonApp : développeur de projets de compensation carbone

CarbonApp est un développeur de projets de compensation carbone. L’opérateur fait l’interface entre les agriculteurs et les entreprises qui sont intéressées par des achats de crédit carbone.

L’enjeu pour CarbonApp : générer des crédits carbone et de les valoriser financièrement.

L’utilisation de données mesurées est indispensable pour garantir la transparence et s’appuyer sur un cadre de référence solide.

La solution apportée par MyEasyCarbon

“L’offsetting, c’est la compensation des émissions par un certain nombre d’entreprises qui vont être intéressées par l’achat de crédit carbone généré par des agriculteurs ou par des forestiers. Mais comment faire financer un projet par un acteur qui n’est pas dans la chaîne de valeur ? Cela est possible par l’interface des crédits carbone, du label bas-carbone et d’outils comme MyEasyFarm qui vont nous permettre d’avoir toute cette traçabilité de données”.

 

 

 

   Nicolas Ferrière, co-fondateur de CarbonApp.

Pour aller plus loin, retrouvez l’ensemble des cas d’utilisation des solutions MyEasyCarbon sur notre site.
Alors pourquoi les données sont-elles cruciales en agriculture régénératrice ?

Pour apporter la preuve de ce que vous affirmez !

Le point commun à tous ces cas d’usage est la nécessité de mesurer pour prouver ces propos. En effet, les entreprises et les organisations qui financent la transition agricole doivent apporter des preuves de ce qu’elles affichent (par exemple en termes d’engagement RSE).

Les groupes agro-industriels sont eux aussi sous la contrainte de la CSRD*, mais aussi sous la contrainte de leurs clients ! Ces derniers commencent à demander des trajectoires carbone ou des réductions des émissions de gaz à effet de serre.

*La Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD) vise à uniformiser le reporting de durabilité des entreprises et à améliorer la disponibilité ainsi que la qualité des données ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) publiées.

Agriculture régénératrice : comment réduire de scope 3 & produire durablement sur la supply chain agricole ?

Lors du dernier salon international de l’agriculture de Paris, la conférence “agriculture régénératrice : comment réduire de scope 3 & produire durablement sur la supply chain agricole” organisée sur le stand de la Ferme Digitale à fait salle comble prouvant l’intérêt grandissant de tout l’écosystème agricole pour les techniques menant à une agriculture plus durable.

Étaient présents à cette table ronde :

  • Marie-Cécile Damave – Responsable innovation et affaires internationales chez Agridées
  • Julien Coignac – coordinateur RSE chez Cristal Union
  • Sébastien Roumégous – CEO de Biosphères
    Nicolas Ferrière – co-fondateur de CarbonApp
  • François Thierart – CEO de MyEasyFarm & MyEasyCarbon
Visuel conference Agriculture Régénératrice SIA

Comme l’a souligné Marie-Cécile Damave, “il se passe quelque chose autour de l’agriculture bas carbone et régénératrice. Nous observons une structuration des filières et une implication plus importante de la part de l’aval, de la transformation, soit dans la chaîne alimentaire, soit à l’extérieur de la chaîne alimentaire”.

Alors oui ça bouge et c’est tant mieux !

Si vous souhaitez en savoir davantage et que vous vous posez les questions suivantes :

Replay de la conférence

👉 Alors ne manquez pas le replay de la conférence  “agriculture régénératrice : comment réduire de scope 3 & produire durablement sur la supply chain agricole” qui vous apportera tous les éléments de réponse.

replay conference agriculture régénératrice et scope 3 - MyEasyFarm 2024
Vous souhaitez en savoir plus et échanger avec nos experts ?

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

VM0042 Methodology for Improved Agricultural Land Management, v2.0 – Verra

Partager :

Autres articles

Illustration de l'article carbon farming italia

Carbon farming Italia

🌍 E’ ormai più di un anno che è stato avviato un progetto di Carbon Farming con l’obiettivo di testare e calibrare il nostro strumento MyEasyCarbon per il calcolo e la produzione di crediti di carbonio da attività agricola.

Nous contacter